布官方报《新生报》登载中国春节相关文章
2019/02/09

2月4日,布隆迪官方报《新生报》报道中国使馆举行2019年春节招待会暨改革开放40周年图片展情况。5日,《新生报》社长在头版发表题为《中国春节:重申中布友谊的极好机会》的社论。现将上述两篇文章转载如下:

2月5日《新生报》社论《中国春节:重申中布友谊的极好机会》截图

La fête du printemps 2019 et exposition internationale

Sur les 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine

L’ambassade de Chine au Burundi a célébré, le jeudi 31 janvier 2019, dans les enceintes de ladite ambassade, la fête du Printemps 2019 et l’exposition internationale sur les 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine. Pour les Chinois, cette année sera dédiée au cochon. 

 

Dans son allocution, l’ambassadeur de Chine au Burundi, Li Changlin a d’abord rappelé que l’année du chien va bientôt toucher à sa fin. Il a profité de cette occasion pour exprimer ses sincères salutations et meilleurs vœux pour l’année du cochon à tous les Burundais. Il a indiqué que l’année 2018 avait marqué le 40è anniversaire de lancement de la politique de réforme et d’ouverture de la Chine. «Comme le disait le président  Deng Xiaoping en 1978, la Chine, après la calamité de la Grande révolution culturelle qui avait duré 10 ans, risquait d’être éliminée de la planète. C’est grâce à la politique de la réforme et d’ouverture que la Chine a connu d’énormes progrès prodigieux dans tous les domaines. Il a essayé de montrer les statistiques de l’évolution du développement économique chinois qui ont été satisfaisants au cours de ces 40 ans.Le développement de la Chine a alors apporté des expériences réussies, et montré de belles perspectives aux nombreux pays  en développement quant à leur marche vers la modernisation et que la Chine constitue une grande force en faveur de la paix et du développement dans le monde. « A la lumière de l’esprit du bénéfice mutuel et de gagnant-gagnant, la Chine entend partager ces expériences avec les autres pays en développement, surtout les pays africains. C’est la raison pour laquelle nous avons organisé cette exposition, qui veut vous donner de matières à réflexion sur la recherche d’une voie de développement adaptés à vos réalités ». Li Changlin a rappelé qu’au moment de la célébration du 55è anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques sino-burundaises, soit plus d’un siècle, l’amitié et la coopération entre la Chine et le Burundi gagnent sans cesse en largeur et en profondeur. « Nos deux pays ont vu les visites de haut niveau se multiplier, leur confiance politique s’élargir et s’approfondir, leur confiance politique réciproque se consolider, leurs échanges économiques et commerciaux s’élargir et s’approfondir, et leur coopération dans les domaines éducatif, sanitaire, culturel, sportif et militaire accéder à des niveaux toujours plus élevés».  

Cent nonante mille  kits de produits de réception de télévisions numériques 

Il a annoncé que, pour renforcer la coopération entre ces deux pays, le gouvernement burundais va recevoir de la part de la Chine,

190 000 kits de produits de réception de télévisions numériques comme matériels combinés pour le projet de Numérisation de la radio et télévision nationales du Burundi. Li Changlin n’a pas manqué de dire que la Chine a accordé une grande importance au Plan national du développement pour les 10 ans à venir  par le Burundi où elle a mobilisé une dizaine de jeunes interprètes pour traduire ce projet en chinois afin d’explorer des pistes pour le mettre en synergie avec les stratégies chinoises dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine.Le secrétaire permanent au ministère des Affaires étrangères, Isidore Ntirampeba a fait savoir que cette année de cochon est très significative pour les Chinois et pour les Burundais. « Le cochon est considéré comme un animal loyal, honnête, patient, généreux, modeste, travailleur et fort. Il se caractérise par un bon appétit et quand on a l’appétit, il faut trouver à manger. Le travail a permis à la Chine de se développer dans tous les domaines jusqu’à la rendre une deuxième puissance économique mondiale. Le gouvernement burundais souhaite à la Chine de continuer d’aller toujours de l’avant ».

Une délégation conduite par le Deuxième vice-président à Beijing en 2018

M. Ntirampeba  a indiqué que dans le cadre des échanges de visites de haut niveau, une forte délégation burundaise conduite par le Deuxième vice-président de la république du Burundi, Joseph Butore, a participé au sommet du Forum sino-africain du 2 au 5 septembre 2018 ; un forum à travers lequel la Chine et l’Afrique veulent construire une communauté de succès, encore plus solide. « Le gouvernement burundais soutient l’organisation du deuxième forum : « La Ceinture et la Route » prévu en 2019 dans le cadre de la promotion de la coopération internationale.Signalons que les danses chinoises et jeux divers, des tambours et des jeux acrobatiques montrant la culture de ces pays ont clôturé les cérémonies.                                                                                               

Olivier Nishirimbere

 

La Fête du Printemps : Une précieuse occasion de réaffirmer l’amitié sino-burundaise

C’est pour célébrer la Fête du Printemps 2019 que l’ambassadeur de Chine au Burundi Li Changlin a offert, jeudi dernier, dans les enceintes de l’ambassade, une réception à laquelle ont pris part plusieurs invités d’honneur, qui en ont également tiré profit pour visiter et apprécier une exposition internationale sur les 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine, grâce à laquelle l’Empire du milieu a enregistré des progrès prodigieux dans tous les domaines. L’année 2018 ayant marqué le 40è anniversaire du lancement de la politique de réforme et d’ouverture du pays de Confucius, l’ambassadeur Li Changlin ne pouvait ne pas en parler dans son allocution de circonstance.C’est pour célébrer la Fête du Printemps 2019 que l’ambassadeur de Chine au Burundi Li Changlin a offert, jeudi dernier, dans les enceintes de l’ambassade, une réception à laquelle ont pris part plusieurs invités d’honneur, qui en ont également tiré profit pour visiter et apprécier une exposition internationale sur les 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine, grâce à laquelle l’Empire du milieu a enregistré des progrès prodigieux dans tous les domaines. L’année 2018 ayant marqué le 40è anniversaire du lancement de la politique de réforme et d’ouverture du pays de Confucius, l’ambassadeur Li Changlin ne pouvait ne pas en parler dans son allocution de circonstance.Architecte en chef de la politique de réforme, d’ouverture et de la modernisation de la Chine, Deng Xiaoping était un homme politique remarquable. C’est lui qui a engagé la Chine dans cette voie en 1987. Au milieu des années 1970, alors que la Révolution culturelle acculait l’économie chinoise au bord de la faillite, on se demandait où allait la Chine. Continuera-t-elle à rester en arrière et à se fermer sur elle-même ? S’ouvrira-t-elle vers l’extérieur ? Après un examen approfondi de l’environnement international d’alors, Deng Xiaoping indiqua clairement que la paix et le développement représentent le problème-clé du monde contemporain. Cette voie allait permettre d’élargir l’horizon de l’édification économique de la Chine. De cet éminent dirigeant chinois, on retiendra toujours cette théorie devenue célèbre : « Le marché n’est qu’un moyen, le capitalisme a son marché, le socialisme doit aussi en avoir un », une théorie de l’économie de marché socialiste qui devait prendre forme graduellement en Chine.Celles et ceux qui, nombreux, avaient répondu à l’invitation de l’ambassadeur Li Changlin ont appris, en direct, deux bonnes nouvelles intéressant la coopération sino-burundaise. Premièrement, il s’agit d’un projet chinois déjà en cours concernant 190 000 kits de produits de réception de télévisions numériques comme matériels combinés pour le projet de numérisation de la RTNB, ce qui permettra de rapprocher encore davantage le Burundi avec le reste du monde. Deuxièmement, l’ambassade de Chine va mobiliser une dizaine de jeunes interprètes pour traduire, en chinois, le Plan national de développement burundais pour les dix ans à venir, afin d’explorer des pistes  pour le mettre en synergie avec les stratégies chinoises, dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine. Ne s’agit-il pas là d’une amitié sincère réaffirmant l’excellence des relations sino-burundaises, avec cette conviction que la coopération entre la Chine et le Burundi a de précieux jours devant elle ?La coopération sino-burundaise ayant beaucoup gagné de la politique de réforme et d’ouverture dont l’architecte principal est, rappelons-le, Deng Xiaoping, c’est, main dans la main, que les gouvernements chinois et burundais, à travers une volonté partagée, immortaliseront la politique de cet éminent idéologue chinois, en enracinant profondément dans les cœurs des peuples chinois et burundais une amitié sans faille. Grâce aux efforts conjugués des deux parties, nul doute que le succès de la coopération sino-burundaise sera toujours assuré. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

Louis KAMUWENUBUSA

推荐给朋友
  打印文字稿 全文打印